amurer

amurer [ amyre ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1552; provenç. amurar;cf. amure
Fixer (une voile) par son point d'amure. Foc amuré sur un bout-dehors.

amurer verbe transitif (espagnol amurar, de muro, paroi latérale d'un navire) Raidir l'amure d'une voile.

⇒AMURER, verbe.
A.— Emploi trans., MAR. Fixer l'amure d'une voile pour l'orienter selon le vent :
1. Pas de meilleur marin que lui, nous l'avons dit; personne comme lui pour amurer une voile, pour baisser le point du vent, et pour maintenir avec l'écoute la voile orientée.
V. HUGO, Les Travailleurs de la mer, 1866, p. 137.
Amure! ,,Commandement d'amurer les basses voiles; amure! amure les basses voiles! amure misaine.`` (WILL. 1831). Amurer tout bas, ,,c'est tirer les amures, et par suite les points des voiles où elles sont fixées, le plus près des dogues d'amures.`` (BACH.-DEZ. 1882). Navire amuré tribord ou bâbord. Navire ,,orienté pour recevoir le vent à droite ou à gauche.`` (JAL 1848).
B.— P. ext., arg. des marins
1. Emploi intrans. Prendre une attitude :
2. Amurer du mauvais bord, (...) se mal conduire (...). — Mal amuré, (...) mal parti, engagé sur une pente fâcheuse. (...) « Veille au grain, fistot, tu me parais mal amuré! ».
R. COINDREAU, L'École navale et ses traditions, L'Argot Baille, 1957, p. 51.
Rem. Autres syntagmes ,,Amurer du bon côté, éviter une punition, une attrapade; j'ai mal amuré, j'ai gaffé, j'ai manqué l'occasion.`` (LE CLÈRE 1960) Ne (pas) savoir de quel bord, de quel côté amurer, ,,ne savoir où donner de la tête; se dit notamment de la boussole, quand elle est affolée.`` (ESN. 1966).
2. Emploi trans. :
3. Amurer un coup de poing à qqn, Lui décocher un coup de poing; marins, — 18. — On amure du côté du vent, sous le vent, on borde; on amure avec une amure, on borde avec une écoute; l'amure étant plus raide que l'écoute. Amurer convient pour une idée de force.
ESN. Poilu 1919, p. 38.
Rem. 1. Autres expr. ,,Amurer son bec, se taire; amurer les bonnettes, tirer les oreilles.`` (ESN. 1966). 2. L'ex. suiv. semble reposer sur une confusion (cf. ESN. Poilu 1919, p. 38 : ,,M'a été confirmé par l'auteur comme signifiant amarrer. Cette synonymie ne saurait être qu'une confusion chez un poilu peu marin.``) :
4. — Plus souvent, dit Lamuse, qui tu m'voiras mett' mon quart dans m'poche. S't'une idée à la graisse d'hérisson et à la mords-moi le doigt, ni plus ni moins, j'préfère beaucoup mieux l'amurer [mon quart] à ma bretelle de suspension avec un crochet.
H. BARBUSSE, Le Feu, 1916, p. 193.
Prononc. ET ORTH. :[], j'amure []. Ac. Compl. 1842, s.v. amuler renvoie à amurer.
Étymol. ET HIST. — 1552 « tendre l'amure » (RABELAIS, Quart Livre, éd. R. Marichal, ch. XX, 1. 67 : Amene uretacque! Bressine, uretacque, guare la pane! Hau amure, amure bas. Hau, uretacque, cap en houlle!).
Empr. à l'esp. amurar « id. », attesté dep. 1538 (d'apr. Breve COR. 1961), prob. dér. de muro « mur » pris au sens non attesté de « paroi latérale du bateau », du lat. murus « mur ». L'hyp. selon laquelle amurer serait dér. de amure, lui-même empr. à l'a.pr. amura (DAUZAT 1968) est à rejeter, car amura n'est attesté qu'une seule fois et de façon tout à fait indirecte (dans un ms. fautif, où il faudrait remplacer arsiura par amura pour respecter le nombre de syllabes du vers; cf. LEVY Prov. t. 1 1894, s.v. amura et FEW t. 6, s.v. murus).
STAT. — Fréq. abs. litt. :5.
BBG. — BARBER. 1969. — BÉL. 1957. — ESN. 1966. — GRUSS 1952. — JAL 1848. — LE CLÈRE 1960. — Mots rares 1965. — SOÉ-DUP. 1906. — WILL. 1831.

amurer [amyʀe] v. tr.
ÉTYM. 1552, Rabelais; du provençal amurar « fixer au mur ». → Amure.
Mar. Fixer (une voile) par le point d'amure.Passif et p. p. || Foc amuré sur un bout-dehors.Pron. || La misaine s'amure sur le minot.
0 (…) personne comme lui pour amurer une voile, pour baisser le point du vent, et pour maintenir avec l'écoute la voile orientée.
Hugo, les Travailleurs de la mer, I, V, I.
Amure !, commandement ordonnant d'amurer les basses voiles, en usage autrefois sur les navires à phares carrés.
DÉR. (Du provençal) Amure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • amurer — AMURER.v. a. Terme de Marine. C est bander les cordages. Amuré, ée. participe …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • AMURER — v. a. T. de Marine. Tendre, roidir plus ou moins l amure d une voile, afin de présenter celle ci selon l angle qu elle doit former avec le vent. Amurer une voile.   AMURÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AMURER — v. tr. T. de Marine Tendre, raidir plus ou moins l’amure d’une voile, afin de présenter celle ci selon l’angle qu’elle doit former avec le vent. Amurer une voile …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • amurer — (a mu ré) v. a. Terme de marine. Fixer l amure d une voile selon l angle qui lui fera recevoir le vent. HISTORIQUE    XIIIe s. •   Il s espée devant lui tourne.... La pointe mist devant en som [en haut], Bien tranchant et bien amourée, Bl. et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • amure — [ amyr ] n. f. • 1634; provenç. amura, de amurar « fixer au mur, à la muraille du navire » ♦ Mar. 1 ♦ Vieilli Cordage servant à retenir une voile du côté d où vient le vent. Mod. Point d amure : le point de fixation d une voile le plus bas et le… …   Encyclopédie Universelle

  • chicambault — Chicambault, m. acut. En fait de navires, est une espece de bois de quinze pieds de long, ronde, et de la grosseur du faux du corps d un homme, attachée d un bout, et par le dedans du navire avec des amarres au masterel, yssant par la piece hors… …   Thresor de la langue françoyse

  • bout-dehors — [ budəɔr ] n. m. • 1844; boute hors autre sens 1394; de bouter et dehors ♦ Mar. Anciennt Pièce de mâture qui peut s ajouter à une vergue pour l établissement d une voile supplémentaire. ♢ Mod. Bout dehors (de foc) : espar horizontal à l avant d… …   Encyclopédie Universelle

  • tangon — [ tɑ̃gɔ̃ ] n. m. • 1778; p. ê. du moy. néerl. tange; cf. a. fr. tanque (1448) ♦ Mar. Poutre mobile établie horizontalement à l extérieur d un navire à la hauteur du pont supérieur et perpendiculairement à la coque, sur laquelle on amarre les… …   Encyclopédie Universelle

  • ARTIMON — s. m. T. de Marine. Nom du mât de l arrière, le plus petit ou le troisième d un grand bâtiment. Le mât d artimon. Hunier, perroquet d artimon.   Il désigne aussi, La voile aurique attachée au mât d artimon, au dessus de la poupe. La voile d… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ARTIMON — n. m. T. de Marine Mât de l’arrière, le plus petit d’un grand bâtiment. Hunier, perroquet d’artimon. Voile d’artimon, se dit de la Voile en forme de trapèze attachée au mât d’artimon, le plus près de la poupe. La voile d’artimon, ou simplement… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.